Représentations sur la “ville de demain”

Cet article relate une séquence de géographie prospective en cycle 3 au collège de Condé sur Noireau, en Normandie. Le début de cette séquence a été présenté à des collègues stagiaires français et suisses  le mercredi 23 novembre 2016 dans le cadre du programme PEERS entre la HEP de Lausanne et l’ESPE de Caen. Je présente, dans cet article, un bilan analytique du cours observé ainsi que les objectifs initiaux envisagés dans cette séquence. Enfin, j’y présente et commente le travail réalisé par les élèves.

J’ai présenté à mes élèves de 6e (11-12 ans) et aux professeurs français et Suisses  la première séance de cette séquence. L’objet d’étude de cette séquence est la ville. En effet le programme de 6e français a pour thème central la notion « d’habiter ». Cela implique donc d’étudier les espaces peu pratiqués par la population, à faible densité mais aussi le paysage urbain qui concerne ou concernera une bonne partie de la population dans les années à venir. L’intérêt pour les 6e est de comprendre que la ville pourra être  un espace pratiqué : leur cadre de travail ou, plus largement, de vie. Ils ont étudié en début d’année les métropoles mondiales et leurs fonctions. J’ai abordé avec eux la question des problèmes rencontrés dans les grandes villes mondiales comme les inégalités, les problèmes d’embouteillages, de constructions anarchiques dans certaines villes de pays en développement notamment. Cette séquence rejoint aussi le thème du programme PEERS 2016-2017 entre l’ESPE de Caen et la HEP de Lausanne car les élèves se sont fait une représentation de la ville actuelle et de ses problèmes mais ont aussi imaginé la ville de demain, et je dirais même « leur » ville de demain, avec leurs idées reçues, leur point de vue mais aussi avec l’influence, malgré tout, des éléments apportés par le cours.

Cette deuxième séquence permet donc d’étudier et d’approfondir les problèmes des villes, de comprendre que les villes sont à améliorer. En France, c’est une première approche de la géographie prospective pour les élèves. Pour l’enseignement scolaire, en particulier pour l’enseignement de la géographie dans le secondaire, c’est une approche novatrice apportée par les nouveaux programmes 2016.

La première séance, observée par mes collègues français et suisses, était prévue pour une durée d’une heure environ. L’objectif de cette séance était donc de rappeler et approfondir brièvement avec mes élèves les principaux problèmes des villes et d’aborder la question du développement durable qui permet de réfléchir aux trois piliers (économique, social et environnemental) afin de proposer quelques solutions adaptées aux problématiques urbaines actuelles. Pour cela, j’ai pris l’exemple de la ville de Curitiba au Brésil (Activité 1) parce qu’elle fut un temps présentée comme « modèle » pour les autres villes avec une politique active de transports en commun notamment. Celle-ci a été rattrapée par les problèmes actuels rencontrés par les autres villes : inégalités, embouteillages, pollution, forte consommation énergétique, etc. Cependant, en géographie scolaire, il est parfois difficile de trouver des documents authentiques adaptés au niveau des élèves. J’ai préféré prendre un texte plus compliqué mais qui regroupait l’ensemble des problèmes dans une seule ville (Curitiba) plutôt que de prendre des exemples de problèmes dans plusieurs villes par souci de cohérence pour la séance et pour les élèves. En effet, il n’y a pas un problème spécifique à une ville mais des problèmes identiques dans la plupart des grandes villes. Le but est donc que les 6e comprennent que tous les problèmes évoqués dans le texte sont présents à Curitiba mais aussi dans les autres grandes villes mondiales.

Je vais présenter ici la deuxième partie de la séquence (prévue sur 3 séances d’une heure environ) que mes collègues français et suisses n’ont pas pu observer en présentiel. Cette seconde partie est véritablement le cœur de la séquence avec une pratique de la géographie prospective par les élèves. Cette deuxième partie a été envisagée sous forme de « jeu » pédagogique pour motiver les élèves. La classe de sixième formait le conseil municipal d’une ville. Et ce conseil municipal a été divisé en 5 commissions municipales ; chacune ayant un thème à travailler à l’aide d’un corpus documentaire, de ressources internet avec les tablettes du collège, d’une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=cNYGoMTBT2I) et de leurs propres idées. Les thèmes attribués aux commissions municipales étaient les suivants :

– commission 1 : transports

– commission 2 : énergie

– commission 3 : environnement

– commission 4 : nouveaux espaces (manque d’espace, reconversion de friches…)

– commission 5 : mieux vivre ensemble / mixité sociale

Le tableau présentant la démarche est disponible sur le lien suivant : Tableau présentant la démarche de la séquence.

Après le travail par groupe, chaque commission municipale a présenté les solutions envisagées pour répondre aux problèmes de son thème. Le groupe transport a par exemple proposé ses solutions à la pollution des transports, au manque de transports en communs et à la question des embouteillages.

Les élèves avaient un tableau de synthèse à compléter avec toutes les solutions pour chaque thème.

Ensuite, la tâche finale consistait à réaliser une affiche pour présenter sa ville de demain, en justifiant les idées retenues. Il y avait un choix et une justification à effectué. C’est d’ailleurs les compétences qui ont été évaluées sur ce travail en plus de la partie esthétique et graphique de l’affiche. L’autre partie de l’évaluation a été la présentation orale de chaque « commission municipale » devant les autres.

Pour cette affiche, les élèves ont cherché (individuellement) des photographies sur internet, fait des dessins pour illustrer les idées qu’ils avaient retenus. Ils devaient mettre 1 idée pour les transports, 1 pour l’environnement, 1 pour l’énergie, 1 pour les espaces inutilisés et 1 pour le mieux vivre ensemble et la mixité sociale. Une précision importante toutefois, si le travail a dans l’ensemble répondu aux objectifs initiaux, le thème du mieux vivre ensemble et de la mixité sociale a été le plus difficile à cerner et à comprendre pour l’ensemble des élèves. L’aspect social du développement durable, n’est, dans cette perspective, pas le plus facile à faire percevoir aux élèves et peut-être même à enseigner.

Sur ces affiches, on remarque des différences dans la qualité de la justification chez les élèves mais elle est globalement présente. Il y a également une diversité dans les titres : « ma ville du futur », « ma ville de demain », « ma belle ville », « la ville du futur » ou « la ville de demain ». Cela indique peut être une perception de la ville ou un rapport à la ville différent chez les élèves. On note aussi la présence de dessins chez certains. Quoiqu’il en soit les dessins ou photographies ont été le choix des élèves pour représenter (et se représenter ?) la ville de demain. On peut aussi se questionner sur la représentation de quartiers urbains chez des élèves. Ainsi, concernant le dessin représentant une école dans un bidonville sur l’Affiche 4, on peut penser que la façon de dessiner le bidonville correspond à l’image que l’élève se fait du bidonville. On peut aussi se demander si notre façon de représenter les bidonvilles en géographie scolaire (avec des photographies) ne conditionne pas la façon de voir des élèves ? Pour autant, ces affiches traduisent au moins partiellement, la représentation que les élèves se font de la ville. C’est un point qui a été mis en comparaison dans le cadre de ce programme PEERS 2016-2017 entre Caen et Lausanne.  Il ne s’attachent pas à des visages urbains au sens propre mais à l’image, à la représentation de la ville de demain. Certains élèves présentent une vision réaliste de la ville du futur sur un plan technique (panneaux solaires, métros de surface, etc.) quand d’autres s’attachent à des éléments plus imaginaires comme les « gratte-mer » (gratte-ciels construits sous l’eau) ou les routes volantes pour éviter les embouteillages. L’affiche ou le dessin sont un moyen de laisser libre cours à l’imagination des élèves mais permet pour autant la justification ou l’argumentation de l’idée retenue par les élèves. Ils ont eu la possibilité de le faire plus longuement sur une feuille annexe à l’affiche.

Pour conclure, ces affiches sont un premier essai de géographie prospective pour les 6e. Et ce travail a, je pense, permis de s’y essayer et aussi de traduire les représentations de la ville de demain chez les élèves à travers les choix et justifications qu’ils ont du opérer.

• Sélection significative de 7 affiches réalisées par des élèves présentant des titres différents, des photographies et/ou du dessin. Cette sélection est aussi disponible sur le lien suivant afin de pouvoir agrandir sur chaque affiche (sélection de travaux d’élèves).

Affiche 1

Affiche 2

Affiche 3

Affiche 4

Affiche 5

Affiche 6

Affiche 7

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.